Mercredi 6 novembre 2019 15 h
Rassemblement académique devant le rectorat
d’Aix-en-Provence
Remise au Recteur des témoignages sur
le travail empêché

La FSU04 met en place un car pour les collègues du département

Tarif : au chapeau   Réservations sur fsu04@fsu.fr (préciser le lieu d’embarquement svp)

Aller
Digne 13h00 (gare routière)
Les Mées 13h20 (parking covoiturage autoroute)
La Brillanne 13h40 (parking covoiturage autoroute)
Manosque14h00 (parking covoiturage autoroute)
Retour
Départ Aix 16h45
Arrivée Digne 18h45

La FSU (SNUipp, SNES, SNEP…), au sein d’une intersyndicale large, appellent à interpeler solennellement Jean-Michel Blanquer sur les conditions de travail des directeurs•trices d’école, mais aussi des enseignant•e•s en général, en cette journée symbolique.

Un rassemblement aura lieu le 6 novembre devant le Rectorat à Aix-en-Provence afin de porter notre parole devant le Recteur.

C’est pourquoi nous mettons à disposition des espaces d’expression sur les réalités du terrain dans notre département.

Pour le premier degré : nous vous proposons de remplir l’enquête ANONYME ci-dessous (une pour dir l’autre pour adjoints…) : elle nous sera extrêmement utile pour établir un panorama réel et argumenté de la situation de notre métier dans les Alpes de Haute Provence.

Direction d’école: « Notre travail au quotidien »

PE : « Notre travail au quotidien »

Un item en fin de formulaire est consacré aux témoignages libres qui seront compilés et transmis au Rectorat le jour du rassemblement.

Pour AESH, AED et enseignants du second degré :

Enquête métiers et conditions de travail

Une campagne de courriers collectifs est en cours. (voir lettre type en fin d’article)

 

Communiqué académique intersyndical :

Jeudi 3 octobre, les personnels ont rendu hommage à Christine Renon, avec dignité et détermination.
L’académie d’Aix-Marseille n’est hélas pas épargnée par l’accroissement de la souffrance au travail que l’on constate ailleurs en France. Burn out, propos suicidaires, alertes ou tentatives de suicides arrêts pour dépression, épuisement, perte de sens, … les manifestations de la souffrance au travail se généralisent et elles concernent tous les secteurs de l’Institution : directeurs et directrices d’écoles, professeurs, personnels administratifs, vies scolaires, et y compris les cadres, inspecteurs ou chefs d’établissements …

L’enseignant donne de sa personne : enseigner est un exercice professionnel dans lequel il faut s’impliquer personnellement. C’est un métier épuisant, éprouvant. Lorsque se manifestent un « management » agressif, New public management ou New school management (puisant ses racines dans le privé avec les résultats que l’on connait dans l’affaire France TELECOM), visant à déstabiliser les repères professionnels, des injonctions hiérarchiques contradictoires et fluctuantes, des réformes incessantes et opposées, la pression aux résultats, les personnels sont placés dans une situation intenable par l’organisation du travail voulue par l’Institution elle-même. Le travail est empêché, et les personnes en pâtissent. LA loi de transformation de la Fonction Publique, qui va accentuer ces dérives, doit être abrogée.

L’Education Nationale n’assure pas son devoir de protection de la santé physique et morale de ses personnels, conformément au statut et au code du travail. La médecine préventive est réduite à la portion congrue. Faire reconnaître les accidents de travail relève parfois du parcours du combattant

Les organisations syndicales demandent aux directeurs départementaux, au recteur, au ministre, de prendre la mesure de la gravité de cette situation et de prendre les mesures qui s’imposent pour que la professionnalité et l’implication des personnels soit reconnue, respectée et encouragée à tous les niveaux.
Cela suppose de mettre fin immédiatement à des situations d’autoritarisme et de harcèlement moral qui sont clairement identifiées, tant dans des circonscriptions du premier degré que dans des établissements du second degré ou dans des services administratifs.
Cela suppose d’exiger des cadres de l’Education Nationale un soutien franc et effectif aux personnels confrontés aux difficultés quotidiennes, en particulier avec l’application systématique de l’article 11 du statut sur la protection du fonctionnaire.
Cela suppose de renoncer à la suppression des CHSCT et la marginalisation du paritarisme, piliers de la démocratie sociale dans notre Institution et instances ayant fait la démonstration de leur pertinence dans la prévention, l’alerte et la régulation des difficultés sociales et professionnelles.

Cela suppose de mettre en œuvre une véritable politique de santé au travail et de recruter des médecins de prévention pour répondre aux besoins des personnels et appliquer la réglementation, notamment s’agissant de la visite quinquennale.

Cela suppose enfin de mener des politiques publiques propices à un enseignement de qualité pour tous, permettant la baisse générale des effectifs par classe, le remplacement des personnels absents, le maintien d’équipes pluri-professionnelles permettant une prise en charge complètes des questions de jeunesse (psychologues scolaires, conseillers principaux d’éducation, assistantes sociales, médecins scolaires, personnels d’accompagnement, personnels de vie scolaire …).

lettre_ouverte_sur_le_travail_empeche